Cinquante deuxième article de blog : Gouvernance commune mais différenciée, une approche de la métagouvernance pour faire fonctionner les Objectifs de Developpement Durable

1. Introduction: Les ODD entre universalité et diversité

Après plus de 20 ans de travail et de recherche sur les politiques, stratégies et approches procédurales du développement durable (DD) en général, l’importance de la gouvernance pour le DD n’est pas contestée. Bien qu’ils ne soient pas entièrement nouveaux compte tenu du défi mondial que représente la progression vers le développement durable, les objectifs de développement durable (ODD) post-2015 poseront des problèmes particuliers en ce qui concerne les aspects de gouvernance liés à leur mise en œuvre. 

Pour la première fois de l’histoire, les chefs d’État adopteront [ 1 ] au niveau des Nations Unies des objectifs universellement applicables.pour tous les aspects du développement durable, contrairement aux objectifs sectoriels énoncés dans les conventions mondiales telles que la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la Convention sur la diversité biologique (CDB), en tant qu’ensemble d’objectifs succédant aux objectifs du Millénaire pour le développement qui: expirent en 2015. Alors que les ODD tels que proposés par le groupe de travail ouvert des Nations Unies [ 2 ] sont des expressions qualitatives ainsi que les sous-objectifs (ou « cibles » [ 3]) sont principalement qualitatifs, ces derniers ont tous une orientation souhaitée, qui vient principalement avec une année cible ou un calendrier (principalement 2030). 

Certains sous-objectifs / objectifs sont quantifiés. Comme les débats politiques et universitaires l’ont montré, et plus révélateur encore en ce qui concerne les indicateurs permettant de mesurer les progrès, plus les choses se concrétisent, plus le défi se pose entre, d’une part, les objectifs universellement applicables et les objectifs (quantifiés), et d’autre part, le besoin de diversification au niveau de la mise en œuvre. 

Ce défi se concrétise principalement au niveau national, mais également au niveau infranational [ 4 ].Le fait que différents niveaux de l’administration développent leur propre approche spécifique pour traduire les politiques et les objectifs convenus à l’échelle mondiale avait déjà été défini en 1992 et inscrit dans le principe 7 – «Responsabilité commune mais différenciée» dans la Déclaration de Rio [ 5 ]. Cependant, ce principe est devenu un argument un peu stagnant, au centre du financement – comme on peut le constater dans les négociations des Nations Unies sur les moyens de mise en œuvre – et en général dans une dichotomie Nord-Sud, alors que le monde est confronté à une «explosion». de complexité »[ 6] (p. 1). 

En effet, le monde est différent de celui de 1992, ne serait-ce que du fait de l’évolution des «économies émergentes» et des «pays nouvellement industrialisés» et de la montée de leurs classes moyennes. De plus, le monde est interconnecté par le biais des technologies de l’information et de la communication et les médias sociaux sont devenus un puissant moyen de provoquer le changement.Kitzes et al . ( 1999) ont suggéré un indicateur global de CBDR . [ 7 ] dans le contexte de la consommation et de la production durables en tant que «réduire et partager», ce qui traduit le concept de contraction (de leur empreinte) et de convergence (dans le quadrant durable de la matrice IDH / Empreinte) [ 8 ]. Il met en exergue la responsabilité des pays développés au-delà de la fourniture de moyens financiers, c’est-à-dire de travailler dans leur propre royaume sur leur empreinte écologique. 

D’un autre côté, la question de la croissance démographique ne peut être négligée [ 9 ], pas plus que le fait que certains pays à revenu intermédiaire ont une empreinte totale ou des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre plus élevés que les pays occidentaux, mais pas (encore) par habitant [ 10]. L’objectif de la contraction et de la convergence serait d’atteindre un indice de développement humain (IDH) plus élevé, par exemple, avec une augmentation modeste de l’empreinte écologique [ 11 ]. Des trajectoires de développement différenciées signifieraient que tous les pays cherchent à atteindre le «développement humain durable», comme le PNUD l’a décrit dans son Rapport sur le développement humain 2013 [ 12 ] (p. 35). Le paragraphe 247 du document final Rio + 20 [ 13 ] aborde le concept de RCMB, mais il ne suit pas la division Nord-Sud et permet ainsi une différenciation plus fine entre les pays, notamment en fonction de leurs capacités [ 14 ] (p. 5)

Qu’en est-il de la gouvernance – de la manière dont les objectifs mondiaux seront traduits aux niveaux national et autres? 

Dans cet article, cette question est traitée comme suit. La section 2 définit la gouvernance des objectifs de développement durable et suggère un principe directeur. 

La section 3 examine les caractéristiques de la gouvernance du développement durable et indique le rôle que pourrait jouer le concept de métagouvernance dans la conception et la gestion des cadres de gouvernance des ODD. Ce que l’application du principe directeur en combinaison avec la réflexion sur la métagouvernance pourrait apporter (illustration 5) illustre un certain nombre de sous-objectifs des ODD ( section 5 ). Dans la section 6 , une approche étape par étape de la mise en œuvre des ODD sera proposée. La section 7 fournit un résumé et des perspectives.La figure 1 résume l’article en une vue d’ensemble graphique, qui peut servir de «carte heuristique» de référence lors de la mise en place et de la gestion de cadres de gouvernance pour la mise en œuvre des ODD.

Développement durable 07 12295 g001 1024

Figure 1. Gouvernance commune mais différenciée pour les objectifs de développement durable: une «carte conceptuelle» (composition propre).

2. Le principe de «gouvernance commune mais différenciée» (CBDG)

Sur la base de l’ensemble des objectifs de développement durable et des objectifs à adopter en septembre 2015 lors du Sommet des Nations Unies sur le programme de développement pour l’après-2015 à New York, les États-nations devront non seulement définir des objectifs et des (sous-) échéanciers reflétant leur situation, mais aussi: ils doivent également concevoir des processus correspondants pour la mise en œuvre. Il faut «des approches réfléchies et des moyens de passer d’un point à l’autre, qu’il s’appelle plan, stratégie, feuille de route, plan d’action ou voie de transition» [ 15 ] (p. 143).

 Le terme «consciente» est utilisé ici pour signifier la combinaison d’un examen continu des attentes existantes, l’introduction de nouvelles expériences, la volonté et la capacité de donner un sens à des événements sans précédent, la gestion du contexte et l’amélioration de la prévoyance [ 16 ] (pp. 41ff).

La mise en œuvre des ODD nécessite une réflexion systémique: des approches globales (prenant en compte tous les aspects pertinents) et, en outre, une vue globale . Ce dernier implique d’essayer de garder à l’esprit l’importance de l’ensemble et l’interdépendance de ses parties, aussi bien horizontalement que verticalement (en aval comme en amont). 

La coordination horizontale est essentielle car les progrès dans un domaine d’objectifs pourraient générer des retombées positives dans d’autres, ce qui pourrait ne pas être reconnu en l’absence d’une telle coordination [ 17 ].Comme indiqué dans Action 21 [ 18 ] et développé, recherché et étayé depuis lors, l’élaboration et la mise en œuvre de politiques de développement durable ( c. -à- d . Comprenant des objectifs) se déroulent dans un contexte multisectoriel, multiniveau et multi-acteurs. Les autres éléments clés à prendre en compte sont [ 19 ] (p. 536), [ 15 ] (p. 143-145), [ 20 ] (p. 17-19):

  • La dimension de la connaissance, y compris la qualité de l’interface science-politique;
  • La réflexivité (les systèmes sociaux changent à la suite d’interactions avec leur environnement, consciemment ou non); et
  • La dimension temporelle, y compris la justice intergénérationnelle, et en particulier l’intégration de la perspective à long terme dans les mécanismes à court terme de la politique et de l’économie.

Toutes ces dimensions de la gouvernance devront être prises en compte et abordées dans les futures «approches réfléchies» pour la mise en œuvre des ODD.

Dans cet article, nous définissons le terme de gouvernance au sens large, afin de couvrir tous les styles de gouvernance et les définitions d’approches de gouvernance spécifiques sans en exclure aucune. 

Une définition large qui met l’accent sur la dimension relationnelle de la gouvernance est la suivante: «La gouvernance est l’ensemble des interactions, dans lesquelles le gouvernement, les autres organismes publics, le secteur privé et la société civile participent, dans le but de résoudre des problèmes de société ou de créer des opportunités sociétales» [ 21 ] (p. 11).

Une autre définition large ajoute la dimension normative: la gouvernance est «un ensemble de connaissances normatives sur l’organisation de l’influence, la direction, le pouvoir, les freins et contrepoids dans les sociétés humaines» [ 22 ] (p. 9).

Les styles de gouvernance peuvent être définis comme «les processus de prise de décision et de mise en œuvre, y compris la manière dont les organisations impliquées se rapportent les unes aux autres» [ 23 ]. 

Trois styles de gouvernance idéaux typiques (au sens de Weber) 24 ] sont généralement distingués:

  1. la gouvernance hiérarchique
  2. la gouvernance de réseau
  3. et de marché

– et les variations [ 21 , 25 , 26 , 27 , 28 ]. Ils semblent refléter les trois «modes de vie» distingués dans la théorie culturelle: «hiérarchie», «égalitarisme» et «autonomisme» [ 21 ] (p. 57–61), [ 29 ].

Un cadre de gouvernance peut être défini comme «la totalité des instruments, procédures, processus et répartition des rôles entre acteurs conçus pour s’attaquer à un groupe de problèmes de société» [ 30 ] (p. 886).

Chaque pays a un «point de départ» différent et une préférence pour un style de gouvernance (combinaison), en raison des cadres constitutionnels, des traditions, de la culture, des pratiques politiques, de la géographie et des conditions environnementales, sociales et économiques qui en résultent. 

Des recherches empiriques sur la gouvernance pour le développement durable suggèrent toutefois que les pays (ou entités d’autres niveaux) n’approuvent que dans la mesure du possible avec la même approche ou le même style de gouvernance, et qu’en même temps, ils adoptent d’autres styles de gouvernance (par exemple, 31 ]). 

Cela indique déjà une approche de la gouvernance qui sera discutée dans cet article: la métagouvernance ou l’art de concevoir et de gérer des combinaisons diversifiées de styles de gouvernance, également dénommé «la gouvernance de la gouvernance» [ 32 ] (p. 106).

S’il est clair qu’il y aura des objectifs communs universellement applicables, y compris des principes universels tels que l’état de droit, ce qui précède permet de conclure que les moyens de réaliser les objectifs de développement durable doivent être différenciés, car les recettes de gouvernance universelle ne vont pas à elles seules. travail. 

Afin de mettre cette idée au premier plan, il semble utile d’introduire pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable le principe directeur de la «gouvernance commune mais différenciée» (CBDG).

 Ce qui pourrait être «commun» a été lui-même soumis au GTO et à d’autres groupes qui ont élaboré des ensembles d’ODD, parallèlement à la discussion sur la question de savoir s’il devrait y avoir un objectif autonome en matière de gouvernance ou s’il devrait être intégré dans les objectifs thématiques individuels.

À la suite de cette discussion, les ODD incluent les deux types d’objectifs. 

Les objectifs et sous-objectifs convenus en matière de gouvernance représentent donc le «commun», qui doit être traduit de manière «différenciée» lors de la mise en œuvre des objectifs thématiques. 

Parmi les ODD 16 et 17 (proposés) liés à la gouvernance, les sous-objectifs suivants sont parmi les plus pertinents pour les aspects institutionnel, instrumental et procédural de la gouvernance (Tableau 1 ).Tableau 1. Exemples de sous-objectifs de gouvernance dans les ODD (Groupe de travail ouvert, juillet 2014 [ 2 ]).

Table

Parmi les objectifs thématiques 1 à 15, les sous-objectifs relatifs aux aspects de gouvernance, ou aux moyens financiers ou autres moyens de mise en œuvre, sont indiqués par les lettres a., B. et C. 

Les exemples incluent: la mobilisation de ressources pour la mise en œuvre de programmes (1.a.), l’élargissement de l’aide au renforcement des capacités pour diverses technologies (6.a.), le renforcement de la participation des communautés locales (6.b.), le renforcement de la planification du développement (11. a.), la mise en œuvre de politiques et de plans intégrés (11.b.), le renforcement des capacités scientifiques et technologiques (12.a.), la mise en place d’outils de suivi des impacts du développement durable (12.b.) et le renforcement des capacités de planification et de gestion (13 .b.)Parallèlement aux autres objectifs en matière de gouvernance / finance / MdI, chaque pays doit trouver ou développer davantage sa méthode sur mesure de mise en œuvre des ODD. 

Une analyse SWOT [ 33 ] visant à faire le point sur le cadre de gouvernance existant constituera une première étape essentielle.

 Ce n’est pas une nouveauté: «Prendre le contexte comme point de départ» est un principe largement reconnu pour traiter des conflits internationaux et de la fragilité [ 34 ] (p. 32). 

La prochaine étape consiste à mettre en place un processus crédible pour les acteurs nationaux, ainsi que dans un contexte supranational. Ces étapes devraient inclure l’évaluation du cadre politique et administratif avec des «perspectives de développement durable» (la gouvernance du développement durable), c’est-à – dire, en identifiant les dispositions en termes de styles de gouvernance, la direction à suivre et les éléments manquants à combler. L’élaboration d’objectifs thématiques de développement durable pour un pays devrait s’appuyer sur un inventaire des objectifs existants et des objectifs dans des plans sectoriels et globaux. Le suivi et les rapports doivent faire partie de la conception de la gouvernance et permettre de rester sur la bonne voie. Dans la section 6 , une approche complète et progressive des CBDG pour les ODD sera proposée.

3. Quel type de gouvernance pour CBDG?

3.1. Gouvernance et développement durable

Les conceptualisations de la gouvernance ont été quelque peu déroutantes, notamment avec la notion évolutive de «gouvernance au lieu de gouvernement» et d’autres concepts normatifs chargés de promouvoir la mise en réseau et / ou les approches orientées vers le marché (par exemple, New Public Management) sur un état hiérarchique. 

Au fil du temps, la perspective heuristique de la gouvernance est devenue de plus en plus courante, à savoir que la gouvernance devrait être considérée comme une perspective importante de l’élaboration des politiques. Cela s’est également reflété dans l’élaboration des objectifs de développement durable, y compris la solution visant à refléter la gouvernance en tant que sous-objectifs distincts dans le cadre des objectifs. Dans cette perspective de gouvernance globale, les choix concrets de gouvernance sont évidemment normatifs, car ils sont basés sur des positions (politiques) basées sur des valeurs sociétales.

Pour les objectifs de développement durable, un certain nombre d’attributs et d’objectifs normatifs ont été convenus, tels que l’état de droit, la responsabilité et la participation. Ce sont des éléments des caractéristiques de «bonne gouvernance» promues et exigées par la Banque mondiale et les autres institutions financières participant à la coopération pour le développement depuis les années 1990. 

Parallèlement à sa promotion des marchés en tant que meilleurs mécanismes de développement économique – le paradigme économique néoclassique -, cette approche a été critiquée pour son aveuglement culturel et son parti pris occidental. Biermann et al. 35] soulignent que la «bonne gouvernance» ne doit pas dominer le programme de gouvernance des ODD au détriment d’autres aspects importants. 

Avec leur inclusion dans les ODD «communs», certains éléments de «bonne gouvernance» ont maintenant trouvé une reconnaissance universelle. Cependant, cela devra également être traduit dans les contextes nationaux, du moins en ce qui concerne le calendrier.Dans le contexte du développement durable, la gouvernance a toujours joué un rôle important. Meadowcroft [ 19 ] (p. 536) soutient même que «le développement durable est vraiment une question de gouvernance». 

Les pratiques de gouvernance défectueuses ayant été considérées comme encourageant des modèles de développement non durables, une intervention politique, c’est -à- dire une gouvernance améliorée, serait nécessaire pour orienter le développement de la société vers une voie plus durable. Cela inclut l’hypothèse qu’il est possible pour les sociétés d’orienter le développement socio-économique dans une direction souhaitable (durable). 

En outre, pour une réforme aussi fondamentale, il est nécessaire qu’un large éventail d’acteurs de la société collaborent («multi-acteurs»), les gouvernements à tous les niveaux devant jouer un rôle actif («multi-niveaux» [ 36 , 37]) et que la nécessité de développer en permanence les connaissances requiert la participation de la société dans son ensemble. Outre les chaînes causales complexes et les incertitudes inhérentes au défi du développement durable, ainsi que la persistance des problèmes environnementaux malgré « des décennies de réglementation » [ 19 ] (p. 537), ces exigences ont conduit à une préférence générale pour le « réseautage ». le style de gouvernance, ainsi que l’utilisation d’instruments fondés sur le marché, par rapport au style de gouvernance traditionnel, centré sur l’État et hiérarchique, avec la législation comme principal outil.Orientées explicitement vers le programme de changement du DD, les approches de «gestion de la transition» [ 38 ] ou de «transformation» [ 39 , 40 ] impliquent également une préférence pour la mise en réseau, mais certaines attribuent également un rôle actif au gouvernement [ 19 ] (p. 542). Un autre concept plus récent est celui de «gestion adaptative» [ 19 ] (p. 542) qui met l’accent sur la résilience et la diversité en tant qu’ingrédients et principes importants. La préférence pour le réseautage en tant que style de gouvernance semble avoir du sens pour les défis de la durabilité, qu’il est impossible de «contrôler» à partir d’un seul centre [ 19] (p. 537). 

Cependant, on peut se demander dans quelle mesure il est applicable dans des États profondément hiérarchisés ou non démocratiques, et comment les réseaux et les marchés peuvent produire des résultats sans une structure et des règles généralement fournies par les hiérarchies.

3.2. Forces et faiblesses des styles de gouvernance

Les recherches suggèrent que chaque style de gouvernance a ses forces, mais aussi ses faiblesses [ 21 ] (p. 51–55), [ 35]. Les réseaux sont riches en confiance et en inclusion, et sont ouverts aux solutions «gagnant-gagnant»; d’autre part, ils peuvent avoir une faible légitimation démocratique (qui décide quelles parties prenantes peuvent devenir membres de réseaux de gouvernance et envers qui les membres doivent-ils rendre des comptes?) et aboutir parfois à des discussions sans fin sans parvenir à des conclusions. 

Par ailleurs, la gouvernance du marché valorise l’efficacité, le temps, mais aussi la responsabilité individuelle (autonomisation); Les échecs typiques incluent le manque d’empathie et de confiance et le manque de mécanismes pour assurer des conditions équitables aux entreprises. Comparée à la gouvernance hiérarchique, la gouvernance des réseaux et des marchés manque souvent de structure, de fiabilité, de responsabilité et d’égalité des droits, tant pour les citoyens (justice) que pour les entreprises (conditions égales pour tous). 

La gouvernance hiérarchique est forte en termes de contrôle, de hiérarchie, clarté des responsabilités, fiabilité et systèmes de planification élaborés avec une dimension potentiellement intégrée à long terme. Cela est nécessaire, par exemple, pour des accords juridiquement contraignants. Les faiblesses typiques incluent inflexibilité, procédures bureaucratiques, culture fermée / repliée sur soi, découragement de la synergie entre les secteurs, parfois manque d’innovation et d’initiative partant de la base, manque d’appropriation, manque de mécanismes pour éviter les effets de blocage et faible niveau de sensibilisation d’événements imprévus et imprévisibles.Il n’est pas surprenant que de telles faiblesses – généralement appelées «défaillances de la gouvernance» – se produisent, car, comme le soutient Jessop, «la défaillance est un élément central de toutes les relations sociales» [ 41 ] (p. 43). Les échecs de la gouvernance sont rarement sans coûts. Néanmoins, ces coûts peuvent être considérés comme inévitables par ceux qui considèrent l’un des styles de gouvernance comme une panacée, quel que soit le contexte; une forte conviction qu’un même style peut fonctionner en toutes circonstances peut rendre les gouverneurs aveugles quant à l’origine systémique et normative de certains échecs [ 21 ] (p. 57 ss). Jessop souligne par conséquent l’importance de l’auto-réflexivité, principe qui a été mis en avant dans tous les domaines du discours sur la gouvernance (DD), ainsi que la nécessité de combiner les styles de gouvernance.

3.3. De “Ou… Ou” à “Et… Et”

Une autre théorie développée correspond à une vision empirique de la gouvernance du DD: selon le concept de «seconde modernité» d’Ulrich Beck [ 42 ], l’évolution de la société est caractérisée par des relations tendues entre des phénomènes contradictoires, qui coexistent et ont même besoin de l’autre. La deuxième modernité signifie donc “et… et” au lieu de “soit… ou”. Dans la réflexion sur le développement, où les paradigmes (modèles d’idées, de valeurs, de méthodes et de comportements qui s’harmonisent et se renforcent mutuellement tendent à coexister) se chevauchent, se fusionnent et se séparent, cela a également été reconnu il ya plus de deux décennies [ 43]. Les exemples typiques de la gouvernance du DD incluent le fait que les initiatives descendantes et ascendantes ne sont pas contradictoires, mais qu’elles s’appliquent mutuellement, et qu’un leadership (fort) et une appropriation (décentralisée) sont nécessaires [ 31 ]. La «mondialisation» et sa contre-tendance «localisation» coexistent désormais sous le terme de «localisation».Cette idée a été reflétée dans le concept de «transgouvernance», qui souligne que les transitions vers le développement durable nécessitent de comprendre le fonctionnement de nos sociétés et les facteurs et obstacles du changement sociétal [ 22 , 44 ], ce qui implique que la gouvernance du développement durable doit être éclairée par l’ensemble. éventail de sciences sociales: non seulement par les sciences économiques et politiques, mais aussi par exemple par la sociologie, l’anthropologie et la psychologie. Un élément clé de la transgouvernance est le concept de «démocratie du savoir» [ 45 ], qui relie trois paires de contradictions coexistantes: démocratie représentative et participative, science disciplinaire et transdisciplinaire, et médias descendants et ascendants.La convergence vers «et… et» peut également être observée dans d’autres domaines, tels que la recherche sur la gouvernance des risques. En ce qui concerne la tragédie des biens communs, par exemple, Renn [ 46 ] (p. 403) souligne que la privatisation (gouvernance du marché) risque d’entraver l’impératif d’équité, de contrôle de l’État et de bureaucratie (gouvernance hiérarchique). Les accords volontaires (gouvernance du réseau) reposent sur un consensus fragile de tous les participants. Alors que le marché, les États, le pluralisme de la société civile et les experts échouent individuellement ou ne parviennent pas à fournir efficacité, résilience, efficacité et équité, Renn préconise un «modèle de pilotage coopératif» des quatre sphères [ 46 ] (p. 530–533). Cela ressemble beaucoup à l’approche de la métagouvernance qui pourrait être déterminante pour CBDG, telle que précisée dansSection 4 .

3.4. États, marchés et pouvoir

Dans le cadre de la coopération au développement, le rôle des marchés et de l’état en faveur du développement économique a fait l’objet d’un débat, puis de la relation entre gouvernance et développement économique ( c’est -à- dire de la question de savoir si une gouvernance améliorée conduit au développement économique ou inversement). ). Une convergence et une contextualisation ont été observées dans les deux questions: convergence vers les marchés et les États en tant que cadre de gouvernance pour le développement économique [ 47 ] (pp. 164,172), et un lien plus spécifique entre la gouvernance et le développement est apparu. Par conséquent, il est nécessaire de recentrer les recherches sur «ce qui fonctionne» et «d’acquérir une connaissance contextuelle approfondie» [ 47] (p. 174). Pour l’économie du développement, Sachs [ 48 ] (pp. 74–81) tire la leçon suivante: «la complexité nécessite un diagnostic différentiel» et Pomerantz [ 47 ] (p. 172) insiste sur le fait que la «distance perpétuelle» des politologues et des économistes doit être surmonté afin de résoudre les questions en suspens. Cette affirmation rejoint la ligne de pensée de la «transgouvernance» et répond à une critique croissante de l’évolution de la discipline économique (voir, par exemple, Piketty [ 49 ] (p. 573–575)).

La gouvernance du développement durable doit également résoudre les problèmes de pouvoir, sujet jusqu’ici largement négligé dans la recherche sur le développement durable. Nous devons toujours nous rendre compte que «les discussions sur les questions de gouvernance sont souvent sensibles et toujours passionnées, car elles concernent le détenteur du pouvoir et l’information» [ 50]. Le pouvoir économique peut être beaucoup plus fort que le pouvoir politique, entre autres parce que les sociétés multinationales sont aujourd’hui géographiquement «lâches». Le pouvoir est nécessaire pour appliquer les solutions SD, mais il est également utilisé pour bloquer les transitions. Les relations de pouvoir jouent différents rôles dans différents styles de gouvernance. La gouvernance du réseau étant sans aucun doute un élément essentiel de la mise en œuvre des objectifs de développement durable, les gouverneurs des objectifs de développement durable doivent être conscients que ce style de gouvernance a tendance à mieux traiter du «pouvoir discret» que du «pouvoir économique / dur»: il est donc nécessaire de vérifier sa réalité.La capacité et la volonté des États d’exercer leur pouvoir pour orienter les développements de la société varient considérablement. 

Des gouvernements sont disposés, en principe, à mettre en œuvre les objectifs de développement durable mais manquent des ressources institutionnelles et administratives et de la qualité pour y parvenir. Ils pourraient avoir besoin de (re) construire les institutions et le système de gouvernance requis. Les gouvernements dominés par la hiérarchie peuvent manquer de volonté pour partager le pouvoir avec des acteurs de la société, qui pourraient être – parfois mieux – en mesure de provoquer un changement de société et de favoriser le développement durable. 

L’analyse de Acemoglu et Robinson dans «Why Nations Fail», selon laquelle les «institutions inclusives» sont une condition de l’innovation [ 51], mériterait une certaine considération.

LES INSTITUTIONS COMPTENT POUR LA PROSPÉRITÉ
La thèse des deux auteurs (un professeur d’économie au MIT et un « professor of Government » de Harvard, spécialiste de l’Afrique et de l’Amérique latine) est assez facile à résumer : les inégalités dans le monde ne seraient liées ni à la géographie ni à la culture, comme on n’a pourtant cessé de le répéter depuis des décennies, mais auraient leurs origines profondes dans les institutions, ou pour dire les choses autrement, dans la gouvernance des territoires concernés. « It’s the politics, stupid ! » Telle pourrait être l’idée centrale du livre résumée en un simple slogan (paraphrasant le célèbre « it’s the economy, stupid ! », de la campagne Clinton de 1992).

https://www.contrepoints.org/2016/08/24/263661-lorigine-de-prosperite-dabord-politique

 La pensée de la métagouvernance soutient la (re) construction des institutions et du système de gouvernance, en considérant les options de manière large et réflexive (voir section 6 ).Maintenant, dans le contexte de ces notes de fond plus théoriques, quelle pourrait être une approche de gouvernance pratique pour mettre en œuvre CBDG?

4. CBDG en pratique: une approche de métagouvernance pour concevoir des cadres de gouvernance

La gouvernance pour les ODD pose le défi de savoir comment combiner différentes approches de gouvernance sur le terrain en mélanges sur mesure, c’est -à- dire «différenciés», réflexifs et dynamiques, tout en contribuant à la réalisation d’objectifs universels communs. Le défi est également de savoir comment connecter les niveaux «mondial» et «local» [ 52 ]. 

Le rapport «State of the Environment 2015» de l’Agence européenne pour l’environnement définit la transition vers une gouvernance diversifiée comme l’une des 11 grandes tendances mondiales pertinentes pour la durabilité environnementale [ 53 ]. Dans l’ensemble, il semble exister une convergence de vues sur le fait qu’il n’y a pas de recette unique pour un style de gouvernance spécifique qui apportera du succès et que le développement durable en est un exemple.

4.1. Métagouvernance: définition et discussion

La section 3 présentait que la métagouvernance pourrait être un concept utile pour mettre en place une gouvernance différenciée pour les ODD. Son idée de base est qu’il est possible de développer des combinaisons appropriées, selon la situation, de styles de gouvernance contrastés et même mutuellement minants. 

Une définition large est la suivante: «La métagouvernance est un moyen de produire un certain degré de gouvernance coordonnée, en concevant et en gérant des combinaisons saines de gouvernance hiérarchique, de marché et de réseau, pour obtenir les meilleurs résultats possibles du point de vue des responsables de la performance. organisations du secteur public: les gestionnaires publics en tant que «métagouverneurs» »[ 21 ] (p. 68). 

La nécessité d’un tel concept a notamment été formulée par Davis et Rhodes [ 54] (p. 25) lorsqu’ils ont fait valoir que «l’astuce ne consistera pas à gérer des contrats ou à diriger des réseaux, mais bien à mélanger les trois systèmes de manière efficace lorsqu’ils sont en conflit et se nuisent mutuellement». Comme mentionné dans la section 2 , la littérature scientifique des deux dernières décennies mentionne souvent trois styles de gouvernance «idéaux-typiques» (hiérarchie, réseau et marché) comme fournissant les éléments de base des cadres de gouvernance. 

En effet, il a été avancé que toutes les approches de gouvernance distinguées sont des combinaisons des types idéaux [ 21 ]. La gouvernance hiérarchique est souvent considérée comme une gouvernance «à l’ancienne», alors que la gouvernance des réseaux et des marchés a été qualifiée de «nouveaux modes de gouvernance» [ 55 ].Les trois styles de gouvernance diffèrent selon plus de 35 dimensions (voir, par exemple, [ 21], p. 45–50 et 329–350 pour une analyse de ces différences basée sur une analyse documentaire approfondie). 

Cela signifie que pour chacune de ces dimensions, il existe en principe trois “modes” (ou combinaisons de modes) d’action. 

Les exemples incluent les rôles du gouvernement dans la société (hiérarchie: règle, réseau: partenaire ou marché: fournisseur de service); affinité avec les types de problèmes (crise, problème complexe ou problème de routine); mode de contrôle (autorité, confiance ou prix); type de stratégie (planification, apprentissage ou entrepreneurial); type de relations (dépendantes, interdépendantes ou indépendantes); modes de communication (informer, dialoguer ou faire du marketing); interaction communicative (raconter, discuter ou négocier); et instruments privilégiés (législation, convention ou contrat). 

Au moins une de ces dimensions est une dimension éthique:c’est-à – dire comment les valeurs des autres sont valorisées [ 22 ]. L’hégémonie et le séparatisme sont des valeurs qui peuvent être associées à la gouvernance hiérarchique, au pluralisme et à la tolérance à la gouvernance de réseau et à l’indifférence à la gouvernance de marché [ 44 ].Les préférences pour l’un des styles de gouvernance (dans la plupart des dimensions) ne sont pas rares parmi les politiciens et les décideurs, mais également parmi les universitaires. Cela peut revenir à leur discipline universitaire (par exemple, droit, économie, administration des affaires ou sciences politiques) et peut être influencé par la culture. De nombreux politologues appartenant à des démocraties de type consensuel comme les Pays-Bas et le Danemark, par exemple, défendent la gouvernance des réseaux. 

Les arguments en faveur d’un style sont souvent étayés par des preuves empiriques basées sur des études de cas de questions de politique pour lesquelles ce style de gouvernance peut effectivement être plausible. Par exemple, les cas de gouvernance en situation de crise montreront généralement que la mise en réseau est essentielle mais que le noyau est constitué de modèles de commandement et de contrôle bien conçus.

Les chercheurs ont fait valoir que la métagouvernance pouvait impliquer un retour à une gouvernance centrée sur l’État. Bell et Hindmoor [ 56 ] affirment que les États n’ont pas perdu leur pouvoir hiérarchique, mais ont également adopté un éventail plus large de stratégies gouvernementales visant à traiter avec des acteurs non étatiques, tout en restant aux commandes. 

Cette «approche relationnelle centrée sur l’État» leur permet de collaborer avec les réseaux et les marchés tout en garantissant l’influence gouvernementale. La capacité des gouvernements à choisir un style de gouvernance (mixte) a toutefois ses limites, par exemple en raison de la nécessité de conserver un soutien public suffisant [ 57 ]. Whitehead [ 58] (p. 13) ont observé que, si les accords de métagouvernance peuvent renforcer le contrôle et la responsabilisation des gouvernements, ils peuvent en même temps «étouffer et limiter les flexibilités» des réseaux décentralisés.

D’autres chercheurs soutiennent le contraire: la métagouvernance peut affaiblir la hiérarchie. Selon Davies [ 59 ] (p. 4), plusieurs métagouvernances influentes, pensant que tous prêtent peu d’attention à la hiérarchie, et en particulier à ce qu’il considère comme un élément central de la hiérarchie, à savoir la contrainte.Il est essentiel de noter que la métagouvernance n’est pas un style de gouvernance en soi: il s’agit de combiner les styles de gouvernance dans des cadres offrant des résultats. Il existe essentiellement deux approches de la métagouvernance: une approche plus large qui semble nécessaire à la mise en œuvre des ODD au niveau (sous) national, compte tenu de la grande diversité de défis, de situations, de cultures et de traditions entre les pays, et une définition plus étroite. 

Le premier est la métagouvernance de tous les styles de gouvernance (par exemple, [ 21 , 30 ]). Son optique analytique est plus large et son ensemble d’outils est plus riche que la deuxième approche, la métagouvernance d’ un seul style – généralement la gouvernance de réseau – préconisée par exemple par Sørensen et Torfing [ 60] pour des situations spécifiques où les réseaux sont prépondérants. Ces deux approches ont été nommées métagouvernance aux deuxième et premier ordres, respectivement [ 61 ].La métagouvernance a acquis une certaine popularité: entre 2004 et 2015, le nombre de publications par an dans lesquelles la métagouvernance était mentionnée a été multiplié par 6,5; des concepts apparentés, tels que la gouvernance adaptative, proches du concept de métagouvernance, ont encore gagné en popularité (facteur 50) [ 62 ]. Cependant, l’approche est probablement plus largement appliquée que ce que ces chiffres illustrent. Une comparaison de cinq études de cas de projets de politique publique couronnés de succès a montré que les gestionnaires responsables l’utilisaient bien qu’ils n’aient jamais entendu parler de ce terme [ 21 ].

4.2. Principales caractéristiques

La métagouvernance consiste à combiner des processus ascendants et descendants de manière productive; cela suggère que des approches apparemment contradictoires peuvent être réconciliées; il accepte la «seconde modernité» de Beck (voir section 3 ). 

Son objectif est de faire en sorte que la gouvernance des réseaux, la gouvernance des marchés et la gouvernance hiérarchique travaillent ensemble de manière particulière dans une situation donnée et permettent une gouvernance différente à différents niveaux. 

En cartographiant les besoins et en soutenant les solutions en vue d’une durabilité spécifique au contexte, cela peut contribuer à réduire le caractère vague du concept de DD et la complexité de sa mise en œuvre [ 63 ]. Elle aide à gérer la pluralité dans le but d’induire plus de cohérence [ 64]. Il est sensible aux différentes cultures administratives, ainsi qu’aux valeurs, aux traditions et aux normes d’un pays, ce qui pourrait stimuler l’émergence d’une gouvernance réussie [ 38 ]. Il suggère de s’abstenir de choisir un style de gouvernance principal a priori , mais de développer des combinaisons de styles sur mesure, déterminées après avoir analysé «l’environnement de gouvernance». Dans des États ou des administrations telles que la Commission européenne qui préfèrent généralement des mesures hiérarchiques (appuyés par un pourcentage élevé d’avocats parmi leur personnel), cela incite à aller au-delà de la législation comme la seule réponse aux défis de société. Le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a formulé le besoin d’une approche différente comme suit:«Je conteste que s’il y a un problème, nous créons une loi pour le résoudre. Je ne suis pas sûr que l’économie moderne et durable soit mieux servie avec la prémisse que pour chaque problème, il devrait y avoir une solution juridique. C’est la seule chose que je conteste. Je ne conteste pas les objectifs »[ 65 ]. La récente proposition de la Commission « Mieux légiférer » [ 66] affirme que «mieux légiférer ne consiste pas à« plus »ou« moins »de législation européenne; il ne s’agit pas non plus de déréglementer ou de déréglementer certains domaines politiques ou de compromettre les valeurs qui nous sont chères: la protection sociale et environnementale, et les droits fondamentaux, y compris la santé – pour ne citer que quelques exemples. Mieux légiférer, c’est s’assurer que nous atteignons réellement les objectifs politiques ambitieux que nous nous sommes fixés ». Le paquet «Mieux légiférer» (plus de 500 pages) comprend une vaste «Boîte à outils pour mieux légiférer» couvrant quatre catégories d’instruments de politique: «strictes», règles juridiquement contraignantes; Régulation «douce»; éducation et information; instruments économiques. Il reste à voir dans quelle mesure il réussira à intégrer d’autres outils que les instruments juridiques, tout en maintenant les réglementations importantes pour le développement durable et ce qui fonctionne.Pour les pays ayant une tradition hiérarchique, la métagouvernance déclenche une ouverture aux instruments de gouvernance de type réseau et marché, tout en reconnaissant que cela redéfinirait les relations de pouvoir existantes.

 Pour les démocraties de consensus, cela suggère que les règles et la structure pourraient rendre le consentement plus facile à mettre en œuvre, et que pour les pays orientés vers le marché, les États doivent établir des garde-fous et que la coopération pourrait aider lorsque la concurrence ne fait pas l’affaire. Pour une mise en œuvre d’ODD spécifique à un pays, les gouvernements pourraient envisager de créer des organismes / réseaux de soutien qui aident à concevoir, réviser et évaluer des approches de gouvernance spécifiques, ainsi qu’à améliorer la cohérence des politiques: les différents objectifs des ODD ne doivent pas se nuire ou se neutraliser dans un domaine d’objectifs et entre des objectifs. Cela nécessite une intégration pour que l’environnement, Les aspects sociaux et économiques se rejoignent dans chaque domaine plutôt que d’être traités comme des piliers séparés. Une approche par lien pourrait être utile. Les conseils de développement durable reflètent la situation multisectorielle, au niveau des acteurs et au niveau des acteurs. Ils ont réussi à défendre et à surveiller de tels processus dans un certain nombre de pays.

4.3. Comment un «métagouverneur» sait-il quelle est la «bonne» chose à faire?

On peut soutenir que la métagouvernance est une approche technocratique et hyper-rationnelle de la gouvernance.

 Comment un métagouverneur peut-il savoir quelle est la meilleure solution à un défi, et la métagouvernance ne rend-elle pas les choses inutilement complexes? Une réponse à la première question est qu’il ne sait pas ce qui est «juste», parce que l’idée qu’il existe des réponses justes et fausses «à l’extérieur» contraste avec le concept lui-même. Le défi ne consiste pas à choisir entre une gouvernance hiérarchique, de réseau et de marché afin de déterminer le bon style, mais à choisir le rôle qui convient le mieux à la situation du gouvernement, en tenant compte des caractéristiques des trois styles de gouvernance [ 67 ] (p. 52). ).Un métagouverneur ( c’est-à – dire une personne qui assume un rôle de premier plan dans l’analyse, la conception et / ou la gestion de la gouvernance; [ 21 , 68 ]), tente donc d’adopter une perspective plus large de la résolution des problèmes, des solutions possibles et du choix des institutions, des instruments , processus et rôles d’acteur qu’un leader de la gouvernance qui s’appuie sur un ensemble fixe d’hypothèses sur ces sujets. 

Cela ne veut pas dire que les métagouverneurs peuvent être complètement «neutres»: nous avons tous nos valeurs et croyons qu’elles ont «raison». Bien que cela semble donc être un travail difficile, cela semble naturel pour certains gestionnaires (voir les cinq études de cas dans [ 21]). Quelle que soit leur approche (métagouvernance, sens commun), ils sont tous sensibles aux aspects de la situation et sont en mesure de mettre en perspective leur préférence pour un style de gouvernance. Ils doivent pouvoir penser au-delà du style de gouvernance privilégié dans leur culture et leurs traditions nationales, et au-delà d’une mode de gouvernance dominante. Ils rencontreront des résistances – et c’est l’une des raisons pour lesquelles ils peuvent échouer: l’échec de la métagouvernance existe et, par conséquent, Jessop [ 32 ] suggère que les métagouverneurs gagneraient à avoir une dose d ‘«ironie réflexive» (voir également la section 6 ).

En ce qui concerne la deuxième question – la métagouvernance n’ajoute-t-elle pas un niveau de complexité supplémentaire à la gouvernance – le contre-argument pourrait être que le fait de ne pas appliquer une approche de métagouvernance rend les choses complexes. Un décideur qui analyse et conçoit toutes les questions de gouvernance d’un point de vue réseau peut considérer les processus et structures hiérarchiques observés comme des « externalités » perturbantes. Adopter la vision plus large de la métagouvernance implique de reconnaître la hiérarchie comme l’un des styles de gouvernance, avec ses propres avantages et inconvénients, comme utile pour sa «boîte à outils pour la gouvernance».

4.4. Métagouvernance à plusieurs niveaux

La mise en œuvre des ODD est un défi de gouvernance à plusieurs niveaux et les défis et les circonstances sont différents à tous les niveaux. Si les cadres de gouvernance à un niveau ne sont pas bien liés à ceux des autres niveaux, le résultat peut être un échec total. Par conséquent, il est essentiel de créer des cadres de gouvernance à plusieurs niveaux.

 L’Union européenne a été qualifiée d’instance supranationale majeure de métagouvernance à plusieurs niveaux régissant un large éventail de problèmes complexes et interdépendants [ 69]. Cependant, sa pratique n’est pas sans faille, par exemple en ce qui concerne les cadres de gouvernance plutôt inflexibles pour ses programmes de financement de la politique de cohésion. Les cadres fixes ignorent les différentes réalités à différents niveaux de l’administration. Il se pourrait bien qu’au niveau local, la gouvernance du réseau fonctionne le mieux, tandis qu’au niveau sous-national, la définition de cadres juridiques constitue la principale justification. On trouve également des exemples dans d’autres domaines: par exemple, les maires des villes introduisent un changement de façon descendante, comme dans la ville de Londres sur la taxe de circulation, ou dans la ville brésilienne de Curitiba dans les transports publics, puis ces initiatives sont soutenues par des incitations (telles que des subventions) d’un niveau supérieur. Par conséquent, la règle de la métagouvernance selon laquelle «il n’y a pas de solution universelle» s’applique également à la gouvernance à plusieurs niveaux. 

Une étude récente en Estonie sur l’autonomisation du niveau local dans le cadre de la politique de cohésion à plusieurs niveaux de l’UE (UE, national, local) montre également que la métagouvernance est nécessaire à tous les niveaux pour produire les résultats souhaités. Si le cadre politique prévoit une gouvernance collaborative à plusieurs niveaux avec la cogestion des fonds, il s’est avéré que contrairement à ce qui était attendu, la politique de cohésion n’avait conduit à aucune redistribution significative du contrôle politique. Les dépendances de pouvoir de longue date dans le système de gouvernance domestique avec une tradition hiérarchique sont restées caractéristiques [ Si le cadre politique prévoit une gouvernance collaborative à plusieurs niveaux avec la cogestion des fonds, il s’est avéré que contrairement à ce qui était attendu, la politique de cohésion n’avait conduit à aucune redistribution significative du contrôle politique. Les dépendances de pouvoir de longue date dans le système de gouvernance domestique avec une tradition hiérarchique sont restées caractéristiques [ Si le cadre politique prévoit une gouvernance collaborative à plusieurs niveaux avec la cogestion des fonds, il s’est avéré que contrairement à ce qui était attendu, la politique de cohésion n’avait conduit à aucune redistribution significative du contrôle politique. Les dépendances de pouvoir de longue date dans le système de gouvernance domestique avec une tradition hiérarchique sont restées caractéristiques [70 ].

Bien que cet article se concentre sur la gouvernance pour la mise en œuvre des ODD aux niveaux sous-globaux, ses recommandations valent également pour l’architecture globale d’un processus d’examen à plusieurs niveaux et à plusieurs niveaux, y compris les examens par les pairs, actuellement en cours de discussion (voir par exemple proposition de Beisheim [ 71 ]) et à décider en septembre 2015. Cela inclut également des considérations sur le rôle futur du Forum politique de haut niveau pour le développement durable (FPHN) des Nations Unies [ 72 ].

4.5 Métagouvernance et changement systémique

Il est contesté dans quelle mesure les ODD vont déclencher de profonds changements systémiques, certains considérant l’encyclique 2015 du pape comme un appel plus fort [ 73 ]. Clairement faible, l’ODD incontesté (et non différencié) pour la croissance économique.

 Les changements systémiques impliqueraient, par exemple, de mesurer les progrès économiques et sociétaux au-delà du PIB et la transition des énergies fossiles aux énergies renouvelables. Une analyse préliminaire de l’agence d’évaluation environnementale néerlandaise, PBL, conclut que certains objectifs ne peuvent en effet être atteints qu’aux Pays-Bas avec des changements fondamentaux de la politique et de l’approche [ 74]. D’autres objectifs et cibles seront réalisables avec un changement progressif dans les conditions et les paradigmes systémiques existants. 

En général, les voies «les plus faciles» vers la durabilité concernent l’optimisation des voies existantes, et les solutions innovantes dans de tels cadres sont importantes, car tous les (sous-) systèmes existants ne sont pas non durables.En termes de styles de gouvernance, les transitions systémiques nécessitent souvent des interventions hiérarchiques. 

Des exemples récents sont la transition énergétique allemande («Energiewende» ) initiée par la chancelière allemande en 2011 et le plan pour l’énergie propre proposé par le président des États-Unis en août 2015.

Le processus «Energiewende» comporte certains éléments de métagouvernance: une initiative gouvernementale mettant en place une commission spécialisée organisant des consultations avec les parties prenantes et les citoyens. 

Les conclusions de la Commission ont été adoptées par le gouvernement allemand avec des dispositions légales et un programme d’action. Les phases ultérieures ont vu un investissement important dans la création d’un soutien public.Les Pays-Bas ont été les premiers à placer le changement systémique au cœur de leur gouvernance environnementale dans le 4ème Plan national de politique environnementale (NEP) de 2001 [ 19 ] (p. 524), avec quelques succès dans les sous-systèmes traités (par exemple, l’horticulture en serre a cessé de consommer beaucoup d’énergie à la neutralité de l’ énergie ou la production d’énergie nette, la gestion de l’ eau a changé de paradigme de la lutte contre l’ eau (construction de digues plus élevées) pour travailler avec l’eau, ce qui a entraîné une réorientation complète des investissements dans le secteur de l’eau). Les incitations gouvernementales ont débouché sur un nouvel axe de recherche et une innovation dans la pratique. Typiques de l’histoire de la gouvernance des réseaux aux Pays-Bas, ces transitions n’étaient pas dictées par la législation. La faible utilisation de la gouvernance hiérarchique est probablement l’une des raisons pour lesquelles la transition énergétique vers les énergies renouvelables, qui faisait également partie du 4ème NEP en 2001, ne s’est toujours pas concrétisée. Avec les luttes de «Energiewende» allemandes après l’adoption de mesures législatives dédiées, il met en lumière les défis de la politique énergétique, caractérisés par de puissants intérêts acquis (voir aussi la brève discussion sur les ODD énergétiques à la section 5 ).En tout état de cause, les changements systémiques nécessitent une réflexion immédiate pour laquelle une approche de métagouvernance pourrait être utile. Cela s’applique également aux routes les plus faciles d’optimisation des voies au sein des systèmes existants.

4.6. Métagouvernance dans le secteur privé

Metagovernance partage une vision multi-acteurs avec l’approche «au-delà du cockpit» proposée par Hajer et al. 40 ]: les gouvernements et les organisations intergouvernementales, ainsi que les entreprises, les villes et la société civile doivent jouer leur rôle. Ce rôle peut être la coopération, mais aussi l’autogouvernance, la codécision ou, à l’autre bout du spectre, la sonde de la politique descendante, selon la situation. Une différence principale est que Hajer et al . associent les caractéristiques de gouvernance souhaitées aux principes politiques, en particulier aux limites planétaires, à un espace d’exploitation sûr et juste, à la société énergétique et à la concurrence verte, qu’ils considèrent comme des conditions préalables.

La métagouvernance n’est pas une approche réservée aux gouvernements et, par conséquent, les entreprises ou les organisations de la société civile pourraient également adopter cette approche multi-perspective. dans chaque organisation, il peut exister des «métagouverneurs» [ 44 ]. 

Derkx et Glasbergen [ 64] ont montré comment des entreprises ambitieuses utilisaient une approche de métagouvernance pour établir des normes de produit volontaires, dans le but d’améliorer la mise en réseau existante. Fait intéressant, l’issue des cas étudiés n’était pas le plus petit dénominateur commun, mais des normes de référence très strictes. Cette approche comportait une forte dimension de renforcement de la confiance et avait des effets positifs sur les collaborations futures. Pour que les acteurs de la (méta) gouvernance publique mettent en œuvre les objectifs de développement durable, il serait souhaitable d’établir des liens avec de telles entreprises de pointe et de stimuler davantage ce type de renforcement des capacités parmi toutes les parties prenantes. Cela pourrait, par exemple, faciliter la création de partenariats public-privé.

4.7. Coûts des défaillances de la gouvernance et avantages de la métagouvernance

Les institutions «chargées de créer un avenir durable ne peuvent pas se permettre d’avoir une structure de gouvernance faible» [ 72] (p.14). “Ne pas se permettre” a, d’une part, une dimension normative et éthique (nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer en raison de notre responsabilité à l’égard des générations futures). 

D’autre part, il existe une dimension financière pertinente. Il semble plausible que la métagouvernance nécessite un peu plus de ressources humaines que l’application d’un cadre de gouvernance standard ou simplifié, mais le retour sur investissement en termes de réduction des coûts peut être énorme. Un cadre inspiré par la métagouvernance ne rejette aucune mesure dès le départ, par exemple. Par conséquent, il est possible de choisir des mesures suffisamment proches des valeurs et traditions existantes et suffisamment différentes pour susciter un changement, ce qui semble être un bon indicateur de l’acceptation générale des mesures et de la prévention des coûts engendrés par la résistance et les procédures judiciaires. Un tel cadre implique des réflexions intégrées également sur les impacts à long terme. Les avantages à long terme de la prévention des blocages liés à des investissements technologiques non durables peuvent être énormes. 

L’attitude de gouvernance réflexive favorise également la prise de conscience des coûts de la non-action en cas de preuves scientifiques abondantes [75 ]. 

Pour conclure: des cadres de gouvernance différenciés et «conscients» peuvent permettre aux ODD d’obtenir un bon rapport qualité-prix. De plus, on pourrait imaginer que, lorsque les pays en développement respectent les objectifs de développement durable, cela pourrait avoir un impact positif sur les débats politiques sur l’aide au développement dans les pays donateurs. Un problème classique qui pourrait être traité au niveau politique est l’effet de distribution: les coûts d’une gouvernance appropriée sont généralement du côté des gouvernements («l’argent des contribuables»), tandis que les coûts d’un échec de la gouvernance sont économiques, sociaux et / ou environnementaux.

4.8 Applicabilité et stratégies

Il existe différents domaines d’application de la métagouvernance: l’ analyse d’ une situation existante et la conception et la gestion de nouveaux cadres de gouvernance. L’utilisation d’une optique de métagouvernance analytique a permis au programme PNUD / PNUE au Tadjikistan de mieux comprendre les manquements en matière de gouvernance et de générer des suggestions de changement de politique, par exemple [ 76 ]. Il a également expliqué pourquoi les cas de préparation d’une politique de protection des sols en Angleterre, aux Pays-Bas et en Allemagne utilisaient des outils de gouvernance très différents [ 21]. La même étude de cas a conclu que les gestionnaires publics de programmes de politiques couronnés de succès utilisaient trois stratégies de métagouvernance lors de la conception et de la gestion de politiques:

  • Combinaison de différentes approches de gouvernance dans des arrangements d’institutions, d’instruments, de processus et de constellations d’acteurs suffisamment compatibles avec les valeurs et les traditions existantes pour pouvoir être acceptés et suffisamment différents pour inciter / pousser au changement
  • Passer d’un style de gouvernance à un autre, par exemple lorsqu’un sujet complexe et contesté pour lequel une approche réseau a été conçue se transforme en un désastre et nécessite soudainement un commandement et un contrôle (hiérarchie); et
  • Maintien d’une approche choisie, par exemple en la protégeant contre les influences perverses / sapantes dans l’environnement de gouvernance. La maintenance complète les stratégies de combinaison et de commutation.

5. Construire des cadres de gouvernance pour les ODD sélectionnés

Les exemples suivants illustrent comment des éléments de différentes «familles» de gouvernance peuvent être délibérément mélangés dans des approches personnalisées pour certains des objectifs de développement durable liés à la gouvernance (version proposée de juillet 2014) [ 2 ]. Nous ne présentons que des possibilités, pas de prescriptions. L’essence de la métagouvernance réside dans la perspective selon laquelle il n’y a pas de solution unique pour la gouvernance, et donc une prescription détaillée est impossible: la preuve du pudding réside dans le fait de manger. Les cinq premiers objectifs ont trait à la gouvernance «autonome», objectifs 16 et 17; par la suite, nous prenons l’énergie comme exemple d’un ODD thématique.

5.1. Responsabilité (objectif 16.6)

L’absence de responsabilité empêche toute initiative sérieuse en matière de gouvernance environnementale internationale [ 77 ], ce qui vaut également pour le programme de gouvernance plus large du DD. Le fait est que chaque style de gouvernance présente des faiblesses en matière de responsabilité, mais qu’elles sont différentes. 

Dans un contexte hiérarchique peu confiant, la transparence peut être considérée comme une menace, car elle peut entraîner une exposition aux échecs. Dans un contexte de réseau, il peut être impossible de déterminer qui doit être tenu pour responsable des échecs: comment tenir les acteurs en compte pour les résultats résultant de la collaboration de divers acteurs collaborant dans des processus opaques [ 78]? Dans une approche de marché, les mécanismes de responsabilisation risquent de mettre trop l’accent sur le prix plutôt que sur la qualité. 

Une approche de métagouvernance prendrait en compte ces faiblesses et suggérerait la mise en place d’institutions capables de les résoudre toutes. Des organismes / réseaux dédiés pourraient aider à prévenir ou à atténuer les défaillances de la gouvernance. Bien que les gouvernements jouent probablement le rôle principal, d’autres acteurs peuvent également le faire. Lorsque cela est possible dans le contexte national, il est recommandé d’inclure la société civile, les entreprises ainsi que les organismes de recherche en tant que partenaires. Dans un certain nombre de pays, des conseils ou des commissions de développement durable nationaux / infranationaux ont assumé un rôle de surveillance leur permettant de demander des comptes aux gouvernements pour les progrès accomplis. La responsabilité est le revers de la responsabilité. Où la responsabilité sera partagée entre les acteurs étatiques et non étatiques,

5.2. Etat de droit et accès à la justice (objectif 16.3)

L’état de droit et l’accès à la justice sont des principes qui exigent une certaine qualité de gouvernance hiérarchique. Ses instruments comprennent des réglementations, des normes et des sanctions visant à garantir que les individus, les sociétés et les administrations puissent également être tenus pour responsables, par exemple pour les dommages causés aux biens communs. La récente décision d’un tribunal néerlandais ordonnant à l’État de réduire ses émissions de CO 2 de 25% d’ici cinq ans afin de protéger ses citoyens du changement climatique dans le cadre de la première poursuite au monde en matière de responsabilité liée au climat [ 79 ]. 

Une métagouvernance sur l’application de la loi liée au développement durable pourrait amener à choisir qui est impliqué ( c.-à-d., éléments de gouvernance de réseau: voir par exemple la tendance à associer les citoyens et les ONG à la collecte de données sur les infractions environnementales). En outre, une réflexion sur la gouvernance du marché rendrait les sanctions plus coûteuses que les profits de l’intrusion. Il existe également une expérience selon laquelle les accords volontaires (gouvernance du réseau) fonctionnent mieux lorsqu’un «bâton» réglementaire se tient dans le coin. Les moyens de parvenir à la justice en dehors des tribunaux sont les mécanismes alternatifs de résolution des conflits tels que la médiation et l’approche fondée sur les gains mutuels. Ils sont généralement moins chers et plus rapides que les affaires judiciaires, et proposent souvent de meilleures solutions et / ou identifient des solutions « gagnant-gagnant » (« gains mutuels » [ 80 ]). La résolution des conflits pourrait, par exemple, avoir pour effet d’élargir les programmes de négociation (approches de portefeuille plutôt que d’approches à un seul instrument, voir [81 ].

5.3. Partenariats (objectifs 17.16, 17.17)

Les partenariats sont une forme douce d’institutions du point de vue de leur dimension structurelle et juridique, mais ils peuvent être très puissants. Ils constituent donc un élément précieux de l’ensemble des objectifs de développement durable et sont considérés comme essentiels dans la vision de la Commission européenne [ 82]. L’établissement de partenariats est un mécanisme typique de la gouvernance de réseau. Cela permet de franchir toutes sortes de frontières (administratives, législatives, géographiques et culturelles) lorsque la résolution des problèmes de développement durable l’exige, tout en laissant en même temps les institutions existantes (formelles) en place. 

C’est un bon exemple de l’approche «et-et». Sur le fond, les partenariats sont des foyers de solutions innovantes, car ils sont fondés sur la confiance entre des parties ayant des intérêts et des idées divergents. Dans l’Union européenne, la Convention des Maires sur le changement climatique est devenue un partenariat influent. La pratique du jumelage entre entités administratives pour le renforcement des capacités et la formation est un exemple réussi de partenariat entre les membres actuels de l’UE et les pays en voie d’adhésion.

De la même manière, les pays pourraient s’associer à travers le monde et mettre en place des processus homologues pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable, apprendre les uns des autres et éventuellement organiser des examens par les pairs des progrès accomplis. Cela pourrait prendre la forme d’examens par des pairs de type expert, tels que pratiqués entre pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), ou d’un plus grand nombre d’examens par des pairs basés sur les parties prenantes, comme l’ont fait certains pays dotés d’une stratégie de développement durable efficace, comme les Pays-Bas. [ 83 ] et l’Allemagne [ 84 ]. Dans les deux cas, un Conseil national du DD (indépendant) a coordonné le processus d’examen par les pairs. Selon l’organisation, cela pourrait inclure des pairs «externes» ( c’est -à- direnon gouvernementaux).Pour surmonter les faiblesses potentielles des partenariats, telles que légitimation démocratique obscure, opacité et inefficacité, une approche de métagouvernance ajouterait, par exemple, des règles de gouvernance hiérarchiques sur la responsabilité, l’inclusion ou l’exclusion des participants et la transparence, ainsi que des mesures de gouvernance du marché visant à promouvoir la réduction des coûts. efficacité et rendement. Il existe également diverses versions plus légères des partenariats en termes d’engagement (formel), telles que des alliances, des coalitions et des communautés (Internet).

5.4. Participation (objectif 16.7)

La participation est un thème central dans de nombreuses propositions de gouvernance des ODD, mais toutes les participations ne favorisent pas la réalisation des objectifs (ODD). Une approche de métagouvernance permet de réduire les «nids de poule» typiques de la participation, tels que la domination d’un groupe sur d’autres, des discussions sans fin, un manque de responsabilité et un manque d’appropriation. 

Les solutions pourraient inclure une grande transparence sur les rôles, les droits et les responsabilités des participants et la gestion des attentes (par exemple, la participation respective implique-t-elle des informations, une collaboration ou une codécision?), Des procédures en place pour équilibrer les minorités vocales et les majorités silencieuses, l’établissement de règles d’inclusion et d’exclusion des acteurs, ainsi que l’organisation de la codification de l’accord (par exemple, les «Green Deal» aux Pays-Bas: une série de conventions entre le gouvernement et les acteurs du marché [85 ] (p. 5)). Dans un pays plutôt fortement hiérarchisé, expérimenter la codécision pourrait ne pas être un point de départ réaliste, mais il pourrait être utile de progresser progressivement sur «l’échelle de la participation» tout en renforçant les capacités et la confiance, comme l’expérience du PNUE-PNUD sur la pauvreté et l’environnement Programme a montré dans un certain nombre de pays en développement. La participation peut être renforcée en ajoutant des éléments de concurrence (à savoir , la gouvernance de marché) à la composition de la gouvernance, par exemple en introduisant des récompenses. Dans l’Union européenne, le prix annuel de la capitale verte s’est révélé être une incitation considérable non seulement pour les lauréats, mais également pour les autres finalistes. Leur engagement est maintenu grâce à la création d’un réseau européen de finalistes et de lauréats.

5.5. Renforcement des capacités (objectif 17.18)

Le renforcement des capacités consiste à créer les conditions-cadres pour ce qui doit être fait. Dans les ODD proposés, plusieurs sous-objectifs font référence au renforcement des capacités, que ce soit dans les organisations gouvernementales à tous les niveaux, dans la société civile ou dans le secteur des entreprises. Par exemple, il n’y a pas de participation sans la capacité des participants à proposer des solutions et aux gouvernements de s’engager avec d’autres acteurs. Le principe de CBDG et l’optique de la métagouvernance pourraient permettre une formation mieux adaptée, le développement des compétences et la capacité de tous les acteurs concernés à soutenir la mise en œuvre des ODD.

Lorsque le renforcement des capacités vise à accroître l’autonomisation et l’appropriation sur le terrain, au niveau local, une métagouvernance pointe vers une résistance éventuelle au niveau central. Il faudra peut-être convaincre les décideurs politiques hiérarchiques et les programmes de formation pourraient être utiles à cet effet, que perdre un certain pouvoir direct ne signifie pas nécessairement perdre le leadership: «renoncer à la domination au niveau personnel, mettre le respect à la place de la supériorité, devenir un animateur et un organisateur d’événements, un animateur et un catalyseur, un consultant et un partisan »(…) apporte« beaucoup de satisfactions et de récompenses non matérielles »[ 86 ] (p. 14).

5.6 Politique énergétique (objectif 7)

Comme expliqué ci-dessus, les ODD thématiques ont également des objectifs liés à la gouvernance (énumérés par les lettres a.–c. sous les objectifs respectifs). En ce qui concerne l’objectif énergétique, les objectifs liés à la gouvernance sont les suivants: (7.a) renforcer la coopération internationale et (7.b) développer les infrastructures et mettre à niveau la technologie. L’expérience de la politique énergétique montre qu’il serait particulièrement utile de recourir à la métagouvernance pour réaliser la différenciation nécessaire. Nilsson et al. 87] (p. 4144) précisent que les priorités de développement énergétique des ODD peuvent aller d’un accès universel aux services énergétiques à la sécurisation du potentiel de croissance économique (par exemple, les pays à faible revenu) ou à la dissociation de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre (pays à revenu intermédiaire et émergents). économies) ou la décarbonisation des secteurs de l’énergie et atteindre de nouveaux niveaux de performance en matière d’efficacité (pays à revenu élevé).

En ce qui concerne l’objectif 7.1 relatif à l’accès universel à l’énergie, il est probablement intéressant de noter que la production d’énergie dans de nombreux pays est passée du service public (local) aux entreprises privées, puis à la transformation en énormes et puissantes sociétés d’électricité, presque des monopoles. En guise de contre-réaction et afin d’accélérer la transition vers les énergies renouvelables, des initiatives locales se sont battues pour décentraliser la production d’énergie et faire en sorte que les énergies renouvelables fassent de nouveau partie des «communs». Ce qui peut être observé dans certains pays est une transition de la gouvernance d’un État à l’autre via un pilotage du marché (suivi de défaillances du marché) vers des initiatives de réseau local pilotées et détenues par les autorités locales et / ou les citoyens. Dans d’autres pays, la production d’énergie a été privatisée dès le départ pour devenir une entreprise monopolistique.Il s’agit bien entendu d’une simplification d’une arène politique très complexe, caractérisée par de puissants intérêts acquis et un jeu de pouvoir. 

Une vision métagouvernante de la politique énergétique pourrait traiter des avantages et des coûts potentiels de chacune de ces approches au lieu de laisser une (exclusivement) dominer. En effet, les programmes d’énergie durable en Croatie et en Mongolie, où le marché, les réseaux et les mécanismes hiérarchiques ont été combinés, ont été analysés avec succès [ 63 ].

6. Métagouvernance pour la CBDG: étape par étape

Conformément à l’objectif consistant à mettre en place des cadres de gouvernance différenciés pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable, une approche de la métagouvernance pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable ne peut pas non plus être un modèle. Jessop [ 32 ] (p. 117) définit trois principes pour les pratiques de métagouvernance qui devraient être en place pour réduire le risque d’échec de la gouvernance, ce qui peut s’avérer très utile dans ce contexte:

(1) mise en culture délibérée d’un répertoire souple de réponses; 

(2) une orientation réflexive sur ce que seraient des résultats politiques acceptables et une réévaluation régulière si les actions produisent les résultats souhaités; 

(3) «Ironie» auto-réflexive dans le sens où le gouverneur devrait reconnaître que l’échec est probable mais continue quand même comme si le succès était possible.Avec ces mises en garde, nous recommandons que la métagouvernance pour CBDG comprenne les étapes suivantes:

(1)Cartographie de l’environnement de gouvernance: qui sont les acteurs pertinents et quels rôles ont-ils? Quels sont les cadres constitutionnel, juridique, politique et administratif existants et quelles valeurs et traditions peuvent jouer un rôle?

(2)Évaluation: que dit une analyse des forces, des faiblesses, des opportunités et des menaces (AFOM) de l’approche de gouvernance actuelle? Existe-t-il des solutions standard existantes qui risquent de ne plus être valables?

(3)Définition du problème: Quels sont les défis à relever en ce qui concerne la mise en œuvre des ODD dans un contexte spécifique (par exemple, le pays) et existe-t-il un accord sur la définition du problème?

(4)Traduire les objectifs de développement durable dans le contexte national, formuler des objectifs et des options politiques spécifiques à chaque pays, évaluer leurs avantages et leurs coûts en fonction de paramètres environnementaux, économiques et sociaux, et proposer des objectifs, des indicateurs et des délais.

(5)Concevoir un cadre de gouvernance, faisant partie des moyens de mise en œuvre, basé sur une sélection attentive d’éléments (institutions, instruments, processus et rôles d’acteur) issus de différents styles de gouvernance, qui ne se nuisent pas mutuellement, mais s’appliquent et se complètent, et en vue sur des aspects multiniveaux, transversaux et à long terme.

(6)«Gérer» le cadre de gouvernance choisi, y compris l’application de principes tels que la réflexivité, la résilience, la flexibilité, autoriser la redondance («et» plutôt que «ou») et les stratégies de métagouvernance (regroupement, passage à un autre style).

(7)Examen: y compris un examen des cadres de gouvernance (nationaux) dans l’examen cyclique en évolution des ODD. Le premier cycle d’examen commencerait par une analyse visant à déterminer si les engagements nationaux (voir l’étape 4 ci-dessus) sont suffisamment spécifiques et ambitieux, tout en étant réalistes, et si les États disposent des moyens de mise en œuvre nécessaires [ 71 ] (p. 26). Cela devrait inclure l’examen de la faisabilité du cadre de gouvernance conçu (voir l’étape 5 ci-dessus) et, ce qui est encore plus important, lors des cycles d’examen ultérieurs sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable, ce qui inclurait à nouveau l’examen de l’efficacité du processus de gestion.

7. Résumé et perspectives

7.1. Établir la «gouvernance commune mais différenciée» comme principe directeur

Les ODD sont universellement applicables et seront donc mis en œuvre par tous les États, associés à des rôles pour les niveaux régional et sous-national. Pour orienter ce défi complexe, cet article recommande d’introduire un principe directeur général pour la mise en œuvre des ODD – le principe de «gouvernance commune mais différenciée» (CBDG). CBDG assurerait un bon lien entre les objectifs «communs» et la mise en œuvre «différenciée», cette dernière prenant en compte différentes réalités nationales, capacités et niveaux de développement et respectant les politiques et les priorités nationales. L’application de la pensée «commune mais différenciée» à la gouvernance pourrait également aider à surmonter la dichotomie entre pays développés et pays en développement, qui est devenue une connotation pour les RCMD («Responsabilités communes mais différenciées»).

7.2. Prendre en compte les points de vue, les valeurs et les traditions du monde

La mise en œuvre des ODD et leur gouvernance ne constituent pas un exercice technique, mené par des experts «neutres en valeur». Non seulement les politiciens et les décideurs, mais aussi les universitaires peuvent préconiser un style de gouvernance plutôt qu’un autre, qui pourrait même avoir une conviction profondément enracinée. Il est donc important de comprendre la vision du monde, les valeurs et les traditions de ceux qui sont impliqués dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable, ou qui en retireraient des avantages ou des inconvénients. 

Les valeurs sous-jacentes qui sont déterminantes pour certaines solutions et peuvent bloquer d’autres solutions doivent être explicitées. Pour les ODD, des cadres de gouvernance sont nécessaires et ils doivent faire preuve de transparence quant à leurs hypothèses normatives en ce qui concerne la définition et la résolution des problèmes. Cela peut conduire à «exposer» des préférences cachées ou des hypothèses de longue date sur la manière dont certaines questions doivent être traitées, ce qui pourrait conduire à des débats houleux.

7.3. Utiliser la métagouvernance pour «ingénier» le CBDG

Métagouvernanceest proposé en tant que concept pour l’élaboration de cadres de gouvernance pour la mise en œuvre des ODD, car cette approche de conception et de gestion des cadres de gouvernance prend explicitement en compte différents défis, réalités et capacités. En observant avec une perspective métagouvernante les processus de coopération au développement et de développement durable, on peut déjà reconnaître les changements de préférences en matière de styles de gouvernance. Cependant, il s’agissait de changements séquentiels dans le temps, chacun accompagné d’une réflexion sur les avantages et les inconvénients de chaque approche, cherchant souvent le Saint Graal et aboutissant à une certaine convergence («et» au lieu de «ou»). 

La métagouvernance a pour objectif

(a) de reconnaître la force et les faiblesses de chaque style; 

(b) en tenant compte dès le début du processus de

(c) en combinant de manière réfléchie les idées et les arrangements de différentes approches. Il est fondé sur les cultures et les traditions existantes, mais facilite un programme de transformation. 

Cette approche suggère également que la copie de recettes standardisées («meilleures pratiques») pourrait entraîner un échec de la gouvernance, tandis qu’apprendre les uns des autres (et envisager de traduire des pratiques réussies ailleurs) pourrait être une réussite.

7.4. Appliquer les principes de gouvernance clés

Pour soutenir les transitions vers le développement durable, la réflexivité, la flexibilité et la réflexion à long terme doivent être appliquées en tant que principes de gouvernance, et les situations multisectorielles, multiniveaux et multi-acteurs de chaque cas spécifique doivent être prises en compte. 

À chaque niveau administratif ou géographique pertinent, la conception de la gouvernance devrait commencer par un inventaire de l’environnement de gouvernance, en tenant compte des spécificités de chaque pays / région / ville, à savoir:, analyser les dispositifs de gouvernance existants, y compris ce qui a fonctionné de manière historique et où se trouvent les lacunes et les obstacles. Vouloir imposer une forme de gouvernement «puriste» au réseau pourrait s’affaiblir dans les cas où le segment hiérarchique du système de gouvernance est en principe disposé à s’engager de manière constructive sur une question. 

Les gouvernements doivent travailler à améliorer la coordination horizontale (entre les ministères) et verticale (les liens entre les niveaux verticaux), ainsi qu’à améliorer la communication avec les citoyens et à renforcer la compréhension, l’appropriation et l’engagement.

7.5. La métagouvernance n’est pas un retour à la gouvernance centrée sur l’État

Bien que l’on puisse observer une certaine convergence vers le débat universitaire sur la gouvernance, il existe également des spécialistes qui préconisent que la gouvernance des ODD devrait s’appuyer sur la gouvernance des réseaux et des marchés, et pour qui la métagouvernance implique un retour à une gouvernance non désirée axée sur l’État. Utiliser le concept de métagouvernance pour combiner différents styles de gouvernance dans des cadres de gouvernance ODD performants implique d’être ouvert à un rôle éventuellement fort de l’État. Cependant, la métagouvernance telle que définie dans cet article n’est pas favorable à l’État, tout comme elle n’est pas non plus opposée à l’État.

7,6. Approche par étapes

Une approche simple, étape par étape, peut guider la métagouvernance et le CBDG pour les ODD, à commencer par la cartographie de l’environnement de gouvernance, la réalisation d’une analyse SWOT et la définition des défis, la définition d’options politiques et la conception sur la base d’un cadre de gouvernance, avec des dispositions permettant de «gérer ”Au fil du temps, et se terminant par une revue.

7.7. Établir des organismes de soutien, des partenariats et des processus d’examen par les pairs

Il est recommandé de créer des organismes / réseaux de soutien qui aident à concevoir, examiner et évaluer les cadres de gouvernance pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable. 

Ces organismes sont également censés adopter une vision intégrée des aspects environnementaux, sociaux et économiques, tout en contribuant à la cohérence des politiques. Les conseils de développement durable reflétant la situation multisectorielle, de niveau et d’acteurs ont été des partisans et des gardiens de succès des processus de transition dans un certain nombre de pays.Les gouvernements pourraient également faire équipe avec d’autres partenaires pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable, à travers toutes les étapes introduites, et mettre en place des processus d’examen par les pairs de la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Cela pourrait prendre la forme d’examens par des pairs de type expert, tels qu’ils sont pratiqués entre pays de l’OCDE, ou davantage d’examens par des pairs basés sur les parties prenantes, comme l’ont fait certains pays dotés d’une stratégie de développement durable, comme les Pays-Bas et l’Allemagne. Dans ces deux cas, un conseil national (indépendant) du développement durable a coordonné le processus d’examen par les pairs.

Cela pourrait prendre la forme d’examens par des pairs de type expert, tels qu’ils sont pratiqués entre pays de l’OCDE, ou davantage d’examens par des pairs basés sur les parties prenantes, comme l’ont fait certains pays dotés d’une stratégie de développement durable, comme les Pays-Bas et l’Allemagne. Dans ces deux cas, un conseil national (indépendant) du développement durable a coordonné le processus d’examen par les pairs aux, sociaux et économiques, tout en contribuant à la cohérence des politiques. Les conseils de développement durable reflétant la situation multisectorielle, de niveau et d’acteurs ont été des partisans et des gardiens de succès des processus de transition dans un certain nombre de pays.Les gouvernements pourraient également faire équipe avec d’autres partenaires pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable, à travers toutes les étapes introduites, et mettre en place des processus d’examen par les pairs de la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Cela pourrait prendre la forme d’examens par des pairs de type expert, tels qu’ils sont pratiqués entre pays de l’OCDE, ou davantage d’examens par des pairs basés sur les parties prenantes, comme l’ont fait certains pays dotés d’une stratégie de développement durable, comme les Pays-Bas et l’Allemagne. Dans ces deux cas, un conseil national (indépendant) du développement durable a coordonné le processus d’examen par les pairs.

7.8. Coûts des défaillances en matière de gouvernance et avantages de CBDG

Des cadres de gouvernance différenciés et «conscients» peuvent laisser les ODD offrir un bon rapport qualité-prix. 

La métagouvernance nécessite un peu plus de ressources humaines que la gouvernance standard ou simplifiée, mais le retour sur investissement en termes de réduction des coûts peut être énorme. Dans la mesure où un cadre inspiré par la métagouvernance ne rejette aucune mesure au départ, il est possible de choisir des mesures largement acceptées, qui évitent les coûts engendrés par la résistance et les procédures juridiques. Un tel cadre implique des réflexions intégrées également sur les impacts à long terme. Les avantages à long terme de la prévention des blocages liés à des investissements technologiques non durables peuvent être énormes. Dans le cas de la coopération au développement, il est essentiel que les pays donateurs soutiennent

cette orientation globalement, il semble utile d’introduire CBDG en tant que principe directeur pour la mise en œuvre des ODD universels pour l’après-2015. La mise en place de cadres de gouvernance globalement adaptés à la situation et rentables en fonction de la situation n’est pas sournoise, et une approche de métagouvernance peut être très utile pour prévenir et atténuer les défaillances typiques de la gouvernance. De plus, oui, les échecs de métagouvernance existent aussi (Jessop), mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’engager.

7.9. CBDG dans le futur processus d’examen à plusieurs niveaux des Nations Unies

Cet article se concentre sur la gouvernance pour la mise en œuvre des ODD aux niveaux sous-globaux, et donc plutôt sur la partie «différenciée» que sur la partie «commune». Il aide le niveau national (et potentiellement les niveaux régional, sous-national et local) à concevoir un cadre de métagouvernance approprié, qui pourrait inspirer et contribuer à la conception du futur processus de révision à plusieurs niveaux des Nations Unies en tant que défi complexe en cours. L’examen du cadre de gouvernance, dans le cadre des moyens de mise en œuvre, devrait de toute façon être inclus dans les prochains cycles d’examen de la mise en œuvre des objectifs de développement durable. La (méta) gouvernance des ODD doit être développée, gérée et maintenue à tous les niveaux de l’administration, car les institutions «chargées de créer un avenir durable ne peuvent pas se permettre d’avoir une structure de gouvernance faible» [ 72] (p. 14) – c’est-à-dire si l’ambition est réellement de mettre en œuvre les ODD au sein de cette génération.

Remerciements

Les auteurs souhaitent remercier les critiques et les autres personnes qui ont partagé des commentaires sur les versions précédentes de cet article. Un court précurseur de cet article a été publié le 21 avril 2015 en tant qu’invité sur http://sd.iisd.org/guest-articles/ .

Contributions d’auteur

Cet article a été élaboré avec la même contribution des deux auteurs, sur la base de leurs publications et de leurs expériences pratiques en matière de gouvernance de la durabilité, de métagouvernance (focus relatif Louis Meuleman) et de stratégies de développement durable et d’objectifs de développement durable (focus relatif Ingeborg Niestroy). Les deux auteurs ont lu et approuvé le manuscrit final.

Les conflits d’intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêt.

Références et notes

  1. Cet article a été finalisé peu de temps avant l’adoption des ODD par l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2015.
  2. Groupe de travail ouvert de l’Assemblée générale sur les objectifs de développement durable. Zéro projet de document final du Sommet des Nations Unies pour l’adoption du programme de développement pour l’après-2015 ; Nations Unies: New York, NY, États-Unis, 2014. [ Google Scholar ]
  3. Il existe un chevauchement de la terminologie, de l’approche et du résultat à cet égard: dans les stratégies de développement durable, par exemple, il est courant d’utiliser des «objectifs» pour les formulations qualitatives et des «objectifs» pour les expressions quantitatives; Cependant, nous avons également vu des «objectifs qualitatifs et quantitatifs». Dans cet article, le terme sous-objectifs sera utilisé à la place de cibles.
  4. Niestroy, I. Objectifs de développement durable au niveau sous-national: rôles et bonnes pratiques pour les gouvernements sous-nationaux. Disponible en ligne: http://www.iisd.org/sites/default/files/publications/sdplannet_sub_national_roles.pdf (consulté le 1er septembre 2015).
  5. Assemblée générale des Nations Unies. Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement ; Nations Unies: New York, NY, États-Unis d’Amérique, 1992; Nr. A / CONF.151 / 26 (Vol. I). [ Google Scholar]
  6. Jänicke, M. Le «modèle de Rio» de la gouvernance environnementale: une évaluation générale ; Rapport FFU, 03-2006; Forschungsstelle für Umweltpolitik, FU Berlin: Berlin, Allemagne, 2006. [ Google Scholar ]
  7. Kitzes, J .; Wackernagel, M .; Loh, J .; Peller, A .; Goldfinger, S .; Cheng, D .; Tea, K. Shrink and Share: l’empreinte écologique présente et future de l’humanité. 2008. Disponible en ligne: http://rstb.royalsocietypublishing.org/content/363/1491/467 (consulté le 1er septembre 2015).
  8. Introduit dans le contexte de la politique climatique (Global Commons Institute (GCI). Disponible en ligne: http://www.gci.org.uk/briefings.html (consulté le 1er septembre 2015).
  9. Il s’agit de la première des 11 grandes tendances mondiales mentionnées dans le rapport 2015 sur l’état de l’environnement de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE 2015). Voir aussi https://populationspeakout.org/ (consulté le 1er septembre 2015).
  10. Réseau mondial d’empreinte. Living Planet Report 2014 Facts. Disponible en ligne: http://www.footprintnetwork.org/en/index.php/gfn/page/living_planet_report_2014_facts (consulté le 1er septembre 2015).
  11. ANPED, Alliance du Nord pour la durabilité. L’avenir sur lequel nous voulons travailler – Objectifs de développement durable. Think Piece for SDG-Framework, du point de vue des ONG. Disponible en ligne: http://www.beyond2015.org/sites/default/files/ANPED%20SDGPost%202015%20EU%20think%20piece.pdf(consulté le 1er septembre 2015).
  12. PNUD. Rapport sur le développement humain 2013. L’essor du Sud: le progrès humain dans un monde diversifié ; PNUD: New York, NY, États-Unis, 2013. [ Google Scholar ]
  13. Assemblée générale des Nations Unies. L’avenir que nous voulons ; Nations Unies: New York, NY, États-Unis, 2012. [ Google Scholar ]
  14. Nobbe, C. Universalité, Responsabilités communes mais différenciées et objectifs de développement durable ; Document de travail FG 8, 2015/01; SWP: Berlin, Allemagne, 2015; Disponible en ligne: http://www.swp-berlin.org/fileadmin/contents/products/arbeitspapiere/Nobbe_2015_SWP-WorkingPaper.pdf(consulté le 1er septembre 2015).
  15. Niestroy, I. Gouvernance pour le développement durable: comment soutenir la mise en œuvre des ODD? ASEF Outlook Report 2014/2015 – Facts & Perspectives. Volume II: Perspectives de développement durable; Fondation Asie-Europe (ASEF): Singapour, 2015; pp. 151–165. Disponible en ligne: http://www.asef.org/pubs/asef-publications/3353-asef-outlook-report-2014/2015-facts-&-perspectives (consulté le 1er septembre 2015).
  16. Weick, KE; Sutcliffe, KM Gérer l’imprévu. Assurer des performances élevées à une époque de complexité ; Jossey-Bass: San Francisco, Californie, États-Unis, 2001. [ Google Scholar ]
  17. Pintér, L .; Almássy, D .; Antonio, E .; Hatakeyama, S .; Niestroy, I .; Olsen, S .; Pulawska, G. Objectifs et indicateurs de développement durable pour une petite planète. Partie I: Méthodologie et cadre d’objectifs ; Fondation Asie-Europe (ASEF) ENVforum: Singapour, 2014; Disponible en ligne: http://www.asef.org/index.php/pubs/asef-publications/3182-sustainable-development-goals-and-indicators-for-a-small-planet(consulté le 1er septembre 2015).
  18. Assemblée générale des Nations Unies. Agenda 21 ; Nations Unies: New York, NY, États-Unis d’Amérique, 1992. [ Google Scholar ]
  19. Meadowcroft, J. Développement durable. Dans le manuel de gouvernance de Sage ; Bevir, M., Ed .; Sage: Londres, Royaume-Uni, 2011; pp. 535–551. [ Google Scholar ]
  20. Pisano, U .; Lange, L .; Berger, G .; Hametner, M. Les objectifs de développement durable (ODD) et leur impact sur le cadre européen de gouvernance du DD ; Préparation à l’agenda post-2015. Rapport trimestriel ESDN n ° 35; ESDN: Vienne, Autriche, 2015; Disponible en ligne: http://www.sd-network.eu/?k=quarterly%20reports&report_id=35 (consulté le 1er septembre 2015).
  21. Meuleman, L. La gestion publique et la métagouvernance des hiérarchies, des réseaux et des marchés: la faisabilité de la conception et de la gestion de combinaisons de styles de gouvernance ; Physica-Verlag Springer: Heidelberg, Allemagne, 2008. [ Google Scholar ]
  22. In ‘t Veld, RJ Transgovernance: À la recherche d’une gouvernance pour un développement durable ; IASS: Potsdam, Allemagne, 2011. [ Google Scholar ]
  23. Van Kersbergen, K .; van Waarden, F. «La gouvernance» comme pont entre les disciplines: Inspiration interdisciplinaire concernant les changements de gouvernance et les problèmes de gouvernance, de responsabilité et de légitimité. EUR. J. Polit. Res. 2004 , 43 , 143–171. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  24. Weber, M. L’essentiel de l’organisation bureaucratique: une construction de type idéal. En lecteur en bureaucratie ; Merton, RK, Gray, AP, Hockey, B., Selvin, HC, Eds .; The Free Press: Glencloe, IL, États-Unis, 1952. [ Google Scholar ]
  25. Thorelli, HB Networks: Entre marchés et hiérarchies. Strat. Manag. J. 1986 , 7 , 37–51. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  26. Marchés, hiérarchies et réseaux: la coordination de la vie sociale ; Thompson, G .; Frances, J .; Levacic, R .; Mitchell, J. (Eds.) Sage: Londres, Royaume-Uni, 1991.
  27. Powell, WW Ni marché ni hiérarchie: formes d’organisation en réseau. Dans les marchés, les hiérarchies et les réseaux: la coordination de la vie sociale ; Thompson, G., Frances, J., Levacic, R., Mitchell, J., Eds .; Sage: Londres, Royaume-Uni, 1991; pp. 265–276. [ Google Scholar ]
  28. Kooiman, J. Gouverner en tant que gouvernance ; Sage: London, UK, 2003. [ Google Scholar ]
  29. Thompson, M .; Ellis, R .; Wildavsky, A. Théorie de la culture ; Westview: Boulder, CO, États-Unis, 1990. [ Google Scholar ]
  30. Meuleman, L. Gouvernance Framework. Dans Global Environmental Change ; Freedman, B., Ed .; Springer: Dordrecht, Pays-Bas, 2014; Disponible en ligne: http://www.springerreference.com/docs/html/chapterdbid/304991.html (consulté le 1er septembre 2015).
  31. Niestroy, I. Sustaining Sustainability – Étude de référence sur les stratégies nationales en faveur du développement durable et l’impact des conseils dans neuf États membres de l’UE ; Série EEAC, Background Study No.2; Lemma: Utrecht, Pays-Bas, 2005; Disponible en ligne: http://www.ps4sd.eu/fr/publications/our-books/115-2005-sustaining (consulté le 1er septembre 2015).
  32. Jessop, B. Metagovernance. Dans le manuel de gouvernance de Sage ; Bevir, M., Ed .; Sage: Londres, Royaume-Uni, 2011; pp. 106-124. [ Google Scholar ]
  33. Analyse SWOT: forces, faiblesses, opportunités et menaces.
  34. Groupe de réflexion européen. Notre intérêt collectif: Pourquoi les problèmes de l’Europe ont besoin de solutions globales et les problèmes mondiaux ont besoin d’une action européenne. Disponible en ligne: http://ecdpm.org/wp-content/uploads/Our-Collective-Interest-ETTG-European-Think-Tanks-Report-New-EU-Leadership-2014.pdf (consulté le 1er septembre 2015).
  35. Biermann, F .; Stevens, C .; Bernstein, S .; Gupta, A .; Kabiri, N .; Kanie, N .; Levy, M .; Nilsson, M .; Pintér, L .; Scobie, M .; et al. Intégrer la gouvernance dans les objectifs de développement durable. Note de politique n ° 3 ; Institut des hautes études de durabilité de l’Université des Nations Unies: Tokyo, Japon, 2014; Disponible en ligne: http://www.post2015.jp/dl/result/seika_140520_3.pdf (consulté le 1er septembre 2015).
  36. Ou «multi-scalaire» si vous ouvrez la perspective à d’autres échelles que celles définies par les gouvernements.
  37. Kull, M. Intégration européenne et développement rural: acteurs, institutions et pouvoirs ; Ashgate: Surrey, Royaume-Uni, 2014. [ Google Scholar ]
  38. Grin, J .; Rotmans, J .; Schot, J. Transitions vers le développement durable ; Routledge: New York, NY, États-Unis, 2010. [ Google Scholar ]
  39. Conseil consultatif allemand sur le changement planétaire. Welt im Wandel: Transformation de la transformation de la rue ; WBGU: Berlin, Allemagne, 2011. (En allemand) [ Google Scholar ]
  40. Hajer, M .; Nilsson, M .; Raworth, K .; Bakker, P .; Berkhout, F .; de Boer, Y .; Rockström, J .; Ludwig, K .; Kok, M. Beyond Cockpit-ism: Quatre idées pour renforcer le potentiel de transformation des objectifs de développement durable. Durabilité 2015 , 7 , 1651-1660. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  41. Jessop, B. La montée de la gouvernance et les risques d’échec: le cas du développement économique. Int. Soc. Sci. J. 1998 , 50 , 29–45. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  42. Beck, U. Risk Society: Vers une nouvelle modernité ; Sage: Londres, Royaume-Uni, 1992. [ Google Scholar ]
  43. Uphoff, N. Apprendre de Gal Ova: Possibilités de développement participatif et de sciences sociales post-newtoniennes ; Cornell University Press: Ithaca, NY, États-Unis, 1992. [ Google Scholar ]
  44. Meuleman, L. Diversité culturelle et métagouvernance de la durabilité. En transgouvernance: promouvoir la gouvernance de la durabilité ; Meuleman, L., Ed .; Springer Verlag: Heidelberg, Allemagne, 2013; pp. 37–81. [ Google Scholar ]
  45. Vers la démocratie de la connaissance. Conséquences pour la science, la politique et les médias ; In ‘t Veld, RJ (éd.) Springer Verlag: Heidelberg, Allemagne, 2010.
  46. Renn, O. Das Risikoparadox. Warum était vor dem falschen fuerchten ; S. Fischer Verlag: Francfort, Allemagne, 2014. (En allemand) [ Google Scholar ]
  47. Pomerantz, théorie du développement des relations publiques. Dans le manuel de gouvernance de Sage ; Bevir, M., Ed .; Sage: Londres, Royaume-Uni, 2011; pp. 160–178. [ Google Scholar ]
  48. Sachs, J. La fin de la pauvreté: possibilités économiques pour notre temps ; Penguin Press: New York, NY, États-Unis, 2005. [ Google Scholar ]
  49. Piketty, T. Capital au XXIe siècle ; The Belknap Press de Harvard University Press: Cambridge, MA, États-Unis, 2014. [ Google Scholar ]
  50. Programme ONU-REDD. S’unir pour s’attaquer aux problèmes de gouvernance difficiles en Indonésie. Disponible en ligne: http://www.unredd.net/index.php?option=com_docman&task=doc_download&gid=8233&Itemid=53 (consulté le 28 juin 2015).
  51. Acemoglu, D .; Robinson, JA Pourquoi les nations échouent-elles? Aux origines du pouvoir, de la prospérité et de la pauvreté ; Livres de profil: Londres, Royaume-Uni, 2012. [ Google Scholar ]
  52. Young, O .; Underdal, A .; Kanie, N .; Andresen, S .; Bernstein, S .; Biermann, F .; Gupta, J .; Haas, PM; Iguchi, M .; Kok, M .; et al. Défis du système terrestre et approche à plusieurs niveaux pour la réalisation des objectifs de développement durable ; Note politique n ° 1; Institut des hautes études de durabilité de l’Université des Nations Unies: Tokyo, Japon, 2014; Disponible en ligne: http://sdg.earthsystemgovernance.org/sdg/publications/earth-system-challenges-and-multi-layered-approach-supponable-development-goals(consulté le 7 septembre 2015).
  53. Agence européenne pour l’environnement. L’état et les perspectives de l’environnement en Europe 2015. Évaluation des grandes tendances mondiales ; Agence européenne pour l’environnement: Copenhague, Danemark, 2015. [ Google Scholar ]
  54. Davis, G .; Rhodes, RAW De la hiérarchie aux contrats et inversement: réformer le service public australien. Dans Proceedings of Political Studies Association – 50 e conférence annuelle du Royaume-Uni, Londres (Royaume-Uni), 10-13 avril 2000.
  55. Héritier, A. Nouveaux modes de gouvernance en Europe: élaborer des politiques sans légiférer? Dans les biens communs: réinventer la gouvernance européenne et internationale ; Héritier, A., Ed .; Rowman et Littlefield: Boulder, CO, États-Unis, 2002. [ Google Scholar ]
  56. Cloches.; Hindmoor, A. Repenser la gouvernance: la centralité de l’État dans la société moderne ; Cambridge University Press: Cambridge, Royaume-Uni, 2009. [ Google Scholar ]
  57. Keating, M. Repenser la gouvernance: la centralité de l’État dans la société moderne par Stephen Bell et Andrew Hindmoor. Aust. J. Publ. Admin. 2010 , 69 , 103-106. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  58. Whitehead, M. «À l’ombre de la hiérarchie»: méta-gouvernance, réforme des politiques et génération urbaine dans les Midlands de l’Ouest. Area 2003 , 35 , 6-14. [ Google Scholar ] [ CrossRef ] [ Version verte]
  59. Davies, JS Qu’est-ce qui est arrivé à la contrainte? Une critique gramscienne de la théorie de la métagouvernance. Dans Actes de la réunion annuelle de la Political Studies Association, Cardiff, Royaume-Uni, le 27 mars 2013.
  60. Sørensen, E .; Torfing, J. Approches théoriques de la métagouvernance. Dans les théories de la gouvernance des réseaux démocratiques ; Sørensen, E., Torfing, J., Eds .; Palgrave Macmillan: New York, NY, États-Unis d’Amérique, 2007; pp. 169–182. [ Google Scholar ]
  61. Meuleman, L. Metagoverning styles de gouvernance: élargir la perspective d’action du gestionnaire public. Dans l’ élaboration des politiques interactives, la métagouvernance et la démocratie ; Torfing, J., Triantafillou, P., Eds .; ECPR Press: Hythe Quay, Royaume-Uni, 2011; pp. 95–110. [ Google Scholar ]
  62. Données collectées avec scholar.google.be le 30 mai 2015.
  63. Christopoulos, S .; Horvath, B .; Kull, M. Faire progresser la gouvernance des politiques intersectorielles pour le développement durable: perspective de la métagouvernance. Publ. Admin. Dev. 2012 , 32 , 305–323. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  64. Derkx, B; Glasbergen, P. Elaboration d’une méta-gouvernance privée mondiale: un inventaire dans le domaine des normes de durabilité volontaires. Global Environ. Change 2014 , 27 , 41–50. [ Google Scholar]
  65. Le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, lors d’une table ronde le 27 mai 2015 au « Beaulieu Café » de la DG Environnement à Bruxelles (source: enregistrement vidéo).
  66. Commission européenne. Mieux légiférer pour de meilleurs résultats – Un agenda de l’UE ; COM (2015) 215 final; Commission européenne: Bruxelles, Belgique, 2015. [ Google Scholar ]
  67. VROM-Raad. De sturing van een duurzame samenleving ; [Traduction du titre en néerlandais: Le pilotage d’une société durable]; VROM-Raad: La Haye, Pays-Bas, 1998. (En néerlandais) [ Google Scholar ]
  68. Sørensen, E. Méta-gouvernance: l’évolution des rôles des hommes politiques dans les processus de gouvernance démocratique. Un m. Rév. Adm. 2006 , 36 , 98-114. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  69. Jessop, B. Gouvernance à plusieurs niveaux et métagouvernance à plusieurs niveaux. Les changements dans l’UE en tant que moments essentiels de la transformation et de la réorientation de l’état contemporain. Dans les thèmes et les enjeux de la gouvernance à plusieurs niveaux ; Bache, I., Flinders, M., Eds .; Oxford University Press: Oxford, Royaume-Uni, 2004; pp. 49–74. [ Google Scholar ]
  70. Kull, M .; Tatar, M. La gouvernance à plusieurs niveaux dans un petit État: une étude de la participation, de la participation, du partenariat et de la subsidiarité. Reg. Nourris. Goujon. 2015 . [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  71. Beisheim, M. Examen des objectifs de développement durable et des partenariats pour l’après-2015: une proposition d’examen à plusieurs niveaux lors du forum politique de haut niveau ; Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité: Berlin, Allemagne, 2015. [ Google Scholar ]
  72. Strandenaes, JG Démocratie participative – FPHN Jeter les bases d’une gouvernance pour le développement durable au XXIe siècle. Disponible en ligne: https://sustainabledevelopment.un.org/content/documents/3682The%20High%20Level%20Political%20Forum,%20major%20groups%20and%20modalities.pdf (consulté le 1er septembre 2015).
  73. Hickel, J. Le pape contre l’ONU: Qui sauvera le monde d’abord? Disponible en ligne: http://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2015/jun/23/the-pope-united-nations-encyclical-sdgs(consulté le 6 août 2015).
  74. Agence d’évaluation environnementale néerlandaise PBL. Évaluation de l’environnement humain néerlandais de 2014 – L’avenir est maintenant ; PBL: La Haye, Pays-Bas, 2014. [ Google Scholar ]
  75. Agence européenne pour l’environnement. Leçons tardives des premiers avertissements: Science, Precaution, Innovation ; Agence européenne pour l’environnement: Copenhague, Danemark, 2013. [ Google Scholar ]
  76. Challe, S .; Christopoulos, S .; Kull, M .; Meuleman, L. Diriger le lien pauvreté-environnement en Asie centrale – Une analyse de métagouvernance de la Poverty Environment Initiative (PEI) au Tadjikistan. 2015; travail non publié. [ Google Scholar ]
  77. Ivanova, M. La gouvernance mondiale au XXIe siècle: repenser le pilier environnemental ; Forum des parties prenantes: Londres, Royaume-Uni, 2011. [ Google Scholar ]
  78. Klein, E .; Koppenjan, J. Réseaux comptables. Dans le Oxford Handbook of Public Accountability ; Bovens, B., Goodin, RE, Schillemans, T., Eds .; Oxford University Press: Oxford, Royaume-Uni, 2014; pp. 242–257. [ Google Scholar ]
  79. The Guardian du 24 juin 2015. Disponible en ligne: http://www.theguardian.com/environment/2015/jun/24/dutch-government-ordered-cut-carbon-emissions-landmark-ruling (consulté le 3 juillet 2015). .
  80. Susskind, L .; Field, P. Traiter avec un public en colère: la méthode des gains mutuels pour résoudre les différends ; Presse gratuite: New York, NY, États-Unis, 1996. [ Google Scholar ]
  81. Hoogeveen, H .; Verkooijen, P. Transformer la diplomatie pour le développement durable: enseignements tirés de la gouvernance forestière mondiale ; Université de Wageningen: Wageningen, Pays-Bas, 2010. [ Google Scholar ]
  82. Commission européenne. Un partenariat mondial pour l’éradication de la pauvreté et le développement durable après 2015 ; COM (2015) 44 final; Commission européenne: Bruxelles, Belgique, 2015. [ Google Scholar ]
  83. Conseil consultatif pour les recherches sur l’aménagement du territoire, la nature et l’environnement. Une nouvelle stratégie de développement durable: une occasion à ne pas manquer. Rapport d’examen par les pairs de la stratégie de développement durable des Pays-Bas ; RMNO: La Haye, Pays-Bas, 2007. [ Google Scholar ]
  84. Conseil allemand du développement durable. Durabilité – Fabriqué en Allemagne. Deuxième examen par un groupe de pairs internationaux, commandé par la Chancellerie fédérale allemande ; RNE: Berlin, Allemagne, 2013. [ Google Scholar ]
  85. Van der Heijden, J. Le rôle du gouvernement dans les programmes environnementaux volontaires: une analyse comparative qualitative d’ensemble flou. Public Adm. 2015 . [ Google Scholar ] [ CrossRef ]
  86. Chambers, R. Les changements de paradigme et la pratique de la recherche et développement participative ; Université de Sussex, Institut d’études sur le développement: Brighton, Royaume-Uni, 1994. [ Google Scholar ]
  87. Nilsson, M .; Lucas, P .; Yoshida, T. Vers un cadre intégré pour les objectifs de développement durable: objectifs ultimes et déterminants pour le cas de l’énergie. Sustainability 2013 , 5 , 4124–4151. [ Google Scholar ] [ CrossRef ]

© 2015 par les auteurs; titulaire MDPI, Bâle, Suisse. Cet article est un article en accès libre distribué selon les conditions générales de la licence Creative Commons Attribution ( http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/ ).

Sources : Louis Meuleman 1,2, *, †etIngeborg Niestroy 3,4, †https://www.mdpi.com/2071-1050/7/9/12295/htm

Ce billet vous a inspiré, plu  ? pensez à le partager !

Vous avez des questions, sur le fond ou comment appliquer : osez nous contacter !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.